Présence d’ICO Technologies au congrès de CAFC

ICO Technologies était présente au congrès de CAFC (association canadienne des chef de pompier) à OTTAWA.

Présence d’ICO Technologies au congrès de L’ATPIQ

ICO Technologies était présente au congrès de L’ATPIQ : Un colloque annuel et des formations pour ses membres !

OMFPOA symposium (prevention)

ICO est présentement au congrès « Ontario Municipal Fire Prevention Officers Association ».

Le OMFPOA à pour mission de coordonner les efforts de ses membres dans les domaines de la prévention des incendies, de la sécurité incendie, de l’éducation du public et de la protection contre les incendies et, de ce fait, s’efforcer d’offrir des programmes de prévention des incendies plus efficaces en Ontario.

ICO Technologies uniformise les noms de sa suite de logiciels

BeeON Solutions et Target deviennent ICO Solutions

SHAWINIGAN, 2 août 2018 – Au cours du mois d’août, ICO Technologies procédera à l’uniformisation des noms de sa suite de logiciels. Ainsi, les marques BeeON, Target, IvSoft et Background vont laisser la place à la marque ICO Solutions. Ce changement accompagne les avancées des dernières années et est cohérent avec la vision et l’évolution future de l’entreprise.

« Dans le cadre de ce processus, ICO souhaitait conserver une image familière tout en misant sur une marque mieux intégrée pour soutenir le développement de nouveaux marchés. Le nom ICO Solutions répond parfaitement à cette volonté et est plus représentatif de l’image que nous désirons projeter », expliquait M. René Patoine, président et chef de la direction d’ICO Technologies. Tout en conservant les couleurs et l’iconographie de BeeON, ICO a opté pour un logo qui se veut un mariage entre ceux d’ICO Technologies et de BeeON Solutions.

Dès les prochains jours, le changement sera progressif dans l’ensemble de leurs communications, de leurs documents officiels, présentations, ainsi que dans les applications. Seuls les noms des applications vont changer, les logiciels conserveront les mêmes visuels et fonctionnalités.

Finalement, dans les prochaines semaines, un tout nouveau site WEB regroupant le contenu des sites icotechnologies.ca et beeon.com sera lancé. Le site ICOSOLUTIONS.com proposera un visuel dynamique, simplifié et moderne. De plus, un tout nouveau portail-client, incluant de nouvelles fonctionnalités, sera offert au cours des mois suivants.

L’entreprise, en croissance plus que jamais, continue d’évoluer sur la voie de l’innovation!

-30-

Source :
René Patoine, Président et chef de la direction
ICO Technologies inc.

Informations :
Pamela Champagne
2843, avenue Beaudry-Leman Shawinigan, Québec, G9N 3H7
819 536-8383 poste 1007

Communiqué de presse

Partenariat stratégique entre ICO Technologies et ADN communication

Consulter le communiqué

Les entreprises en TI de la Mauricie créent une nouvelle stratégie régionale

Les entreprises en TI de la Mauricie créent une nouvelle stratégie régionale

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Trois-Rivières, le 17 mai 2018 – Les entreprises membres de la Table TI de
GROUPÉ Mauricie | Rive-Sud souhaitent faire rayonner le secteur des
technologies de l’information (TI) au niveau national et international afin d’attirer
des talents, des étudiants, des start-ups et des investisseurs en Mauricie. Ainsi,
la Table TI devient Force TI Mauricie.

En Mauricie, les technologies de l’information, ce sont 66 entreprises et
824 emplois. Le secteur a doublé de taille au cours des cinq dernières années.
Par ailleurs, il a un potentiel de croissance encore plus important;
200 opportunités d’emploi s’offrent maintenant. Ce sont sept entreprises de
classe mondiale exportant partout dans le monde et qui ont plus que doublé leur
chiffre d’affaires depuis cinq ans, dont quatre qui ont plus que triplé leur chiffre
d’affaires.

« Nous avons un potentiel de croissance important, mais nous sommes aux
prises avec des défis de taille. Certes, le premier enjeu dans une perspective à
court terme est l’attraction de talents. Nous avons des besoins immédiats. Notre
deuxième enjeu est de faire connaître et de mettre en valeur la variété d’emplois
reliée aux TI. Ce qui distingue la Mauricie, ce sont nos quatre domaines
d’expertise que sont les systèmes de gestion manufacturière, l’ingénierie
électronique et mécanique, la programmation d’applications Web et mobiles sur
mesure et, finalement, le développement de logiciels de gestion spécialisés.
Autrement dit, nos employés travaillent dans le domaine de l’urgence, de la santé
et sécurité, des applications mobiles, de l’industrie 4.0 et de la gestion
manufacturière », précise Chantal Trépanier, PDG de Cognibox et coprésidente
de Groupé.

Pour faire rayonner le secteur, nous avons conçu le site internet www.forceti.ca.
Il vise essentiellement à établir les liens vers les acteurs de l’écosystème déjà
bien implanté : les entreprises, les programmes de formation des établissements
d’enseignement et des supports spécialisés au démarrage d’entreprises dans ce
secteur. Bref, il permet de faire connaître les opportunités et perspectives de
carrière auprès des gens de la Mauricie, mais il vise également à rejoindre les
chercheurs d’emploi et à attirer des gens de l’extérieur pour venir combler les
besoins de main-d’œuvre et leur faire voir le mode de vie « branché » et
« nature » qu’offre la Mauricie.

« Nous évoluons dans un contexte mondialisé. Il n’y a pas de barrière pour les
entreprises en TI. On peut faire des affaires partout sur la planète. En Mauricie,
on a un écosystème alliant une offre de formation novatrice à tous les niveaux
d’enseignement, on a des infrastructures et de l’aide au démarrage de start-ups.
Il est possible de faire carrière dans l’industrie, ici en Mauricie, grâce à la variété
d’entreprises présentes. Puis, avec Force TI, on se regroupe pour attirer des
talents, des investissements et des start-ups. On se rallie également pour
proposer des formations de qualité offertes par les meilleurs au Québec »,
mentionne Charles-André Horth, président de Factora et leader de Force TI
Mauricie.

Nous avons recensé 31 programmes de formation « techno » offerts dans les
différents établissements d’enseignement de la Mauricie dont, entres autres,
testeur de contenu numérique, électromécanique de systèmes automatisés,
design et intégration Web, technologie de l’électronique, programmeur-analyste,
arts et nouveaux médias, marketing numérique et génie électrique. À l’UQTR, de
nombreux laboratoires et unités de recherche allient leur expertise avec les
technologies de l’information. Bref, nous avons une pépinière d’où émergent des
talents et des idées novatrices.

Par ailleurs, le gouvernement du Québec, la BDC, la Ville de Shawinigan et IDÉ
Trois-Rivières soutiennent financièrement la réalisation des outils associés à
cette initiative.

À PROPOS de GROUPÉ Mauricie | Rive-Sud :
GROUPÉ Mauricie Rive-Sud regroupe plus d’une centaine de leaders d’affaires
de la région. Il contribue au développement économique de six secteurs d’activité :
les technologies vertes, les technologies de l’information, le transport, la culture,
la transformation alimentaire et les services industriels. Pour ce faire, il favorise la
mobilisation des entrepreneurs afin qu’ils développent des projets d’affaires
répondant à des problématiques ou à des opportunités dans leur secteur d’activité.
Plus d’informations : www.groupe-pe.org
Facebook : https://www.facebook.com/Groupé-Mauricie-Rive-Sud


– 30 –

Information et gestion des entrevues :
Lucie Proulx
Chargée de projets
GROUPÉ Mauricie | Rive-Sud
Tél. 819 698-6141

ICO Technologies était présente au congrès des l’association des pompiers d’ontario les 4 et 5 mai derniers

ICO est maintenant officiellement compatible pour le transfert à la SAAQ pour les rapports d’accident

Informatisation complète du rapport d’accident

Avantages :

Objets perdus-trouvés

Objets perdus-trouvés
Un nouveau logiciel simplifie la gestion des objets perdus à l’UQAM.

Par Pierre-Etienne Caza

4 OCTOBRE 2016 À 14H02

Les objets perdus à l’UQAM se retrouvent au Centre opérationnel de sécurité du SPS, au local A-M865.

Chaque jour, le Service de la prévention et de la sécurité (SPS) recueille une dizaine d’objets perdus à l’UQAM. «Il y a bien sûr les incontournables parapluies, mais aussi des ordinateurs portables, des portefeuilles, des manteaux, des clés USB, et parfois même des passeports!», raconte Louis Mathurin. L’analyste en gestion informatisée au SPS vient de coordonner un projet afin de mettre en ligne un nouveau formulaire d’enregistrement des objets perdus, qui facilitera la vie à la personne qui a égaré ou oublié l’un de ses biens autant qu’aux agents du SPS qui doivent s’occuper de ces dossiers.

Le nouveau formulaire comporte des sections pour l’identification du requérant, l’emplacement où le bien a été perdu et sa description. La nouveauté est la section qui permet de définir avec précision l’objet qui a été perdu. Des menus déroulant permettent de sélectionner le type d’objet parmi une vingtaine d’options (appareil électronique, article de sport, article scolaire, bijou, livre, outil, pièce d’identification, sac à main, vélo, etc.), et de préciser ensuite le sous-type (le type d’appareil électronique, par exemple), la marque, la couleur et l’état du bien. «Lorsque le formulaire est enregistré, notre logiciel effectue automatiquement la concordance avec ce que nous avons dans nos dossiers, explique Louis Mathurin. Nous pouvons alors contacter directement le requérant par téléphone ou par courriel afin de l’aviser. Il n’aura qu’à se présenter au SPS pour vérifier s’il s’agit bien de l’objet qu’il a perdu.»

Les objets perdus à l’UQAM se retrouvent au Centre opérationnel de sécurité du SPS, au local A-M865. «Les biens perdus au Complexe des sciences Pierre-Dansereau demeure une à deux semaines au poste de garde à l’entrée du pavillon PK. Même chose pour le Centre sportif. Le poste d’accueil y conserve les objets pendant quelque temps, car les gens ont le réflexe d’y retourner s’ils ont oublié quelque chose. Ensuite les objets sont acheminés vers le A-M865», note Louis Mathurin.

Photo: Nathalie St-Pierre

«Si les objets ne sont pas réclamés après 90 jours, ils sont donnés aux organismes Le Chaînon ou la Maison du Père, précise Armel Dakpogan, technicien en gestion informatisée au SPS et responsable de l’implantation du logiciel. En ce qui concerne les sommes d’argent en espèces, elles sont redirigées vers le fonds consolidé de l’UQAM.» Les cartes étudiantes sont conservées 24 heures au local A-M865 avant d’être retournées au Centre d’émission de la carte UQAM, au DS-M215. Le protocole est le même pour les cartes OPUS, qui sont ensuite retournées à la Société de transport de Montréal (STM).

Des échanges avec la STM

Le nouveau formulaire d’enregistrement des objets perdus a été conçu avec le logiciel utilisé par la STM. «Nous avons rencontré l’équipe de la STM, qui nous a autorisés à reprendre les catégorisations d’objets qu’elle avait développées», souligne Louis Mathurin.

Ce nouveau formulaire facilitera également la vie des agents du SPS, qui se font souvent aborder par des gens ayant perdu quelque chose. «Ils pourront désormais accéder au système à distance et vérifier tout de suite s’il y a concordance, plutôt que d’envoyer immédiatement le requérant au A-M865», note Armel Dakpogan.

«Le nouveau système augmente la traçabilité des demandes et des réponses qui y sont apportées, tout en augmentant le niveau de sécurité, car les agents du SPS qui utilisent le logiciel doivent s’identifier en tout temps», note pour sa part Marie Leclerc, conseillère en prévention et responsable de la diffusion du nouveau service auprès de la communauté uqamienne.

Un autocollant a été apposé sur tous les postes de garde du campus de l’UQAM afin d’informer les étudiants et le personnel de l’existence de ce nouveau formulaire.

 

SOURCE: https://www.actualites.uqam.ca

ICO est présente au congrès Stratégies PME jusqu’au 30 novembre